Lutte contre la pauvreté

Plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale

 

Pour présenter un bilan d’étape et rappeler les orientations stratégiques du Plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, le Premier ministre a convoqué un CNLELe Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale élargi à un grand nombre d’acteurs du champ social, le 3 mars 2015, au ministère des Affaires sociales. Il était entouré des 11 ministres concernés par la réalisation des objectifs du plan, notamment Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, et Ségolène Neuville, secrétaire d’ État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion.

  
En matière d’hébergement, même si de nombreuses places ont été créées, il en manque encore plusieurs milliers, du fait de l’augmentation de la précarité. Le logement social, et surtout très social, est très en-deçà des besoins, et cette situation récurrente depuis de nombreuses années nécessite une mobilisation des préfets mais aussi de tous les acteurs locaux concernés. Près de 3 millions d’enfants vivent dans un foyer sous le seuil de pauvreté des enfants, notamment au sein de familles monoparentales, qui souffrent particulièrement de l’insuffisance de structures d’accueil pour les enfants, de dispositifs de formation et d’insertion professionnelle pour les parents…

 
Manuel Valls a alors présenté les grandes lignes de la feuille de route 2015-2017, qui devra constituer le cadre de l’engagement du gouvernement et de l’action coordonnée de l’ensemble des instances de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. L’accompagnement personnalisé des publics en difficulté y a été érigé comme principe, avec l’ambition d’éviter les ruptures de parcours et de garantir l’accès de tous au droit commun et aux dispositifs d’aide.

  
Cette nouvelle feuille de route rassemble 49 mesures concrètes dont, entre autres, un plan d’aide renforcé visant les familles pauvres avec enfants, une garantie des loyers pour les étudiants et les travailleurs précaires, un calendrier établi des États généraux du travail social ou encore une vingtaine de mesures pour lutter contre le chômage de longue durée.

  
La mesure phare de cette nouvelle feuille de route demeure la création de la prime d’activité qui remplacera à la fois le RSARevenu de solidarité active activité et la Prime pour l’emploi dès 2016. Manuel Valls a présenté les modalités de cette nouvelle prestation sociale dont l’accès devrait être simplifié et dont les jeunes en emploi devraient bénéficier. Il a également annoncé l’ouverture d’un nouveau chantier pour une fusion du RSARevenu de solidarité active socle et de l’Allocation de solidarité spécifique.

  
Dossier de presse  et allocution  du Premier ministre